Facebook Twitter Instagram Pinterest Linkedin
Degradat

Trajectoire

documents joints:

Narcís et Pere Cornellà commencèrent à torréfier du café à Gérone en mai 1920. L'initiative a pris racine à l'issue de certaines conversations tenues avec leur père, Pere Cornellà i Vidal, à propos de son expérience militaire dans l'île de Cuba où il servit dans les rangs de l'armée espagnole au cours de la guerre d'indépendance. Parmi les produits autochtones de cette colonie d'outre-mer, il y avait le café.

Les frères Cornellà décidèrent de créer une affaire de café à Gérone, dans la rue aujourd'hui baptisée Pare Claret, dans une ancienne salle de bal. Cette aventure industrielle devait démarrer en 1920 pour se maintenir et se consolider tout au long de presque un siècle, toujours aux mains de la même famille. Le café arrivait par le port de Barcelone et il fallait le transporter jusqu'à Gérone. Il s'agissait d'une activité totalement nouvelle et, en peu de temps, l'entreprise devint le principal fournisseur de café dans toute la province de Gérone.

Le début de la Guerre Civile en 1936 et l'isolement ultérieur de l'État espagnol ont interrompu le négoce du café. Une fois la guerre terminée, Pere Cornellà i Reixach a repris l'activité. L'après-guerre entraîna la réduction de la consommation de café en raison des cartes de rationnement avec lesquelles on ne pouvait obtenir qu'un maximum de 100 grammes de café par mois. Suite à ces difficultés, il fallut en ultime recours torréfier des produits succédanés tels qu'avoine, orge et graines de caroube.

L'administration de l'État contrôlait le commerce du café à travers le Commissariat à l'Approvisionnement et au Transport (CAT) qui se chargeait de fixer les prix d'achat et de vente du produit et autoriser sa commercialisation. Ce régime interventionniste s'est poursuivi jusqu'en 1980.

En 1954, le fils, Pere Cornellà i Prujà, rejoint l'entreprise et Cafés Cornellà transfère son ancien siège de la rue Pare Claret vers de nouvelles installations situées dans la rue Santa Eugènia à Gérone. Avec la nouvelle réglementation, qui exigeait la vente de café conditionné, Cafés Cornellà acquiert la seconde machine automatique à conditionner le café de tout l'État espagnol. Il s'agissait d'une Hesser, marque importée d'Allemagne, destinée à conditionner le café en grain dans des paquets de 100 et 250 g. Au milieu des années 60 la demande commence à croître suite à une élévation du niveau de vie et grâce à la demande issue du secteur touristique.

Finalement, en 1980, c'est avec Pere Cornellà i Valls que la troisième génération rejoint l'entreprise, simultanément à la promulgation du décret libéralisant le marché espagnol du café : prix, commerce international, autorisation de vente de café naturel et torréfié mélangé ; par ailleurs, la vente de café moulu est approuvée (1983). Le café moulu exige un conditionnement sous vide mais à l'époque les entreprises nationales ne disposaient pas d'une telle technologie et il n'existait pas de fabricants de machines nationaux capables de fournir les torréfacteurs. Il fallait acheter des machines à l'étranger, à un prix trop élevé pour les entreprises de café qui ne disposaient pas de ressources suffisantes et n'avait pas pu prévoir la nouvelle conjoncture. C'est alors que les grandes compagnies multinationales du secteur de l'alimentation commencent à s'intéresser à ce nouveau marché ouvrant de nombreuses possibilités d'expansion.

Leur stratégie consistait à acheter des parts dans les premières entreprises du pays -Saimaza, Marcilla, Columba, La Estrella, etc.- en y apportant la technologie (conditionnement sous vide) pour ensuite prendre le contrôle total des entreprises. Actuellement les groupes multinationaux contrôlent près de 70% du marché de l'alimentation. Le reste du marché, surtout celui de l'hôtellerie, se répartit au bas mot entre 250 entreprises privées, toujours présentes sur le marché.

La consommation espagnole de café se répartit à parts égales entre chacun des deux segments du marché. En conséquence de cette dynamisation du marché, et simultanément à l'arrivée de la troisième génération, Cafés Cornellà reconsidère sa situation et démarre une stratégie de modernisation technologique et de gestion.

En 1984 l'entreprise déménage et est transférée de Gérone à Fornells de la Selva afin d'opérer dans un espace industriel où les procédés de production sont totalement automatisés, aussi bien en ce qui concerne la torréfaction et les mélanges que pour ce qui est du conditionnement sous vide de tous les produits. On y crée par ailleurs un laboratoire d'analyse pour développer de nouvelles formules de torréfaction.

Dès lors, l'entreprise se spécialise dans le marché de l'hôtellerie. Les points forts sur lesquels se base la stratégie visant le secteur de l'hôtellerie sont : la qualité du produit (mélanges, systèmes modernes de torréfaction et conditionnement, et image) très au-dessus de la moyenne ; ainsi qu'un bon service aux clients grâce au niveau d'organisation hautement performant de sa distribution directe. Nous sommes devenus une entreprise jeune, dynamique et créative, cherchant constamment à satisfaire la demande et le goût évolué du café. Actuellement, nous offrons les services les plus actuels de maintenance et conseil ainsi que les ressources techniques nécessaires contribuant à potentialiser l'établissement de nos clients grâce à une définition de la tasse de café expresso en tant que produit final.

Cette nouvelle philosophie de travail se concrétise à la fin des années 90 grâce au Système Intégral de Qualité (SIQ) fondé sur trois piliers : la formation du personnel (barista), la maintenance préventive des machines à café et moulins avec traitement de l'eau et l'augmentation conséquente de la rentabilité de l'établissement de chacun de nos clients.

 

 

 

Plan du site  /  Mentions légales  /  Limites et conditions  /  Utilisation des cookies

Copyright 2010 Cafès Cornellà